Info covid 19

Info covid 19

Infos covid 19 : nos agences restent ouvertes 

Pour la sécurité de nos clients, nous maintenons un protocole sanitaire renforcé sur place.

Nous proposons également des solutions à distance pour l’accompagnement de votre projet

  • rendez-vous par visioconférence
  • cloud sécurisé pour vos documents
  • espace emprunteur en ligne
  • signature électronique

La question de l’épargne quand on veut emprunter

La question de l’épargne quand on veut emprunter

La question de l’épargne quand on veut faire un prêt immobilier

Plus de huit Français sur dix (83%) possèdent au moins un produit d’épargne.* Un chiffre conséquent qui révèle la considération que portent les Français envers l’épargne. Pourtant, certains se lancent parfois dans le projet d’un achat immobilier sans vraiment avoir étudier la question de l’épargne. Pourquoi est-elle si importante aux yeux des organismes prêteurs ? Explications. 

Epargne et apport, quelle différence ? 

Vous avez peut-être entendu ces deux mots, vaguement, au cours d’une conversation. Il ne faut pas confondre épargne et apport qui sont deux aspects financiers distincts.

L’épargne, c’est l’argent que vous mettez de côté de façon régulière pour vous constituer des économies. Vous disposez peut-être d’un Livret A ou d’un PEL (plan épargne logement) que vous avez alimenté dans le but de pourvoir à certaines situations de coup dur ou bien tout simplement en vue d’un gros projet.

L’apport, c’est ce que vous allez mettre de votre poche lors de l’acquisition de votre bien. Il est généralement fixé à 10% ou bien correspond à l’équivalent des frais de notaire. Il peut être demandé par l’organisme bancaire prêteur du crédit. En effet, en investissant de votre argent personnel, les banques considèrent souvent que vous êtes-vous même conscient des risques qu’un tel projet comporte. Un apport vous rend plus crédible aux yeux des banques et montre de votre capacité à gérer votre argent. Il n’est cependant pas toujours nécessaire.  

Parfois, lorsqu’un apport est demandé, l’emprunteur puisse dans son épargne afin de fournir cet apport. Il est donc important de se constituer des économies plutôt conséquentes pour pallier cette exigence. Dans un contexte où l’octroi des prêts immobiliers se durcit, l’épargne et l’apport peuvent se montrer indispensables, notamment pour obtenir les meilleures conditions. Toutefois, chaque situation est différente et tout dossier s’étudie au cas par cas.

Faut-il avoir de l’épargne pour emprunter ? 

Parfois, lorsqu’un apport est demandé, l’emprunteur puisse dans son épargne afin de fournir cet apport. Il est donc important de se constituer des économies plutôt conséquentes pour pallier à cette exigence. Une épargne à hauteur de 6000 ou 7000€ est un minimum pour envoyer un bon signal aux banques.

 

Elle agit comme un indicateur très puissant auprès des banques. Si vous avez réussi à fournir tous les mois un effort financier pour réaliser des économies, vous représentez une valeur sûre. Vous savez gérer vos finances et ne pas tout dépenser sur le champ. C’est un témoignage de votre capacité à pouvoir rembourser un crédit tous les mois. En bref, c’est une sécurité supplémentaire pour les organismes bancaires, de même que pour vous. Imaginez-vous un imprévu : une voiture à changer ou bien un nouvel arrivant dans la famille. Mieux vaut disposer d’un pécule qui sera là pour pallier aux coups durs ou aux nouveaux projets d’une vie.

Faut-il mettre toute son épargne dans l’apport de son crédit immobilier ? 

Il n’est pas conseillé de mettre tout son épargne en apport personnel pour emprunter. En effet, si vous mettez tout en apport, certes vous aurez moins à rembourser, mais vous n’aurez plus de bouée de secours. Vous pouvez tout à fait utiliser cet argent pour d’autres projets personnels comme un investissement ou un placement. 

À vous de définir le besoin pour la somme minimale à conserver. Tout dépend de votre niveau de vie et de vos projets. Soyez prévoyants, un projet de voyage, des études à financer, une baisse de revenus… Tout peut arriver, c’est pourquoi prendre des précautions en gardant une partie de votre épargne peut s’avérer judicieux. 

Et si je n’ai pas assez d’épargne ? 

Quand on veut obtenir un emprunt immobilier, plusieurs exigences entrent en compte : revenus, apport, épargne… Mais le seul fait de ne pas avoir assez d’épargne peut peser dans la balance. Bien sûr, chaque cas est différent. Toutefois, quand tous les éléments ne sont pas alignés, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Faire appel à une donation venant de votre entourage (aide familiale par exemple). Ce coup de pouce associé à votre épargne peut être une solution envisageable afin d’accéder à la propriété. Dans un contexte de marché immobilier tendu, les biens se vendent chers, voire très chers.
  • Remettre son projet à quelques mois. Profitez d’un peu de temps devant vous pour réaliser le plus d’économies possibles. Fixez-vous cet objectif et revenez voir votre courtier avec une épargne solide.

*sondage Ifop : https://www.ifop.com/publication/barometre-2020-de-lepargne-en-france-et-en-region/

Le Salon Maison de Cholet 2020

Le Salon Maison de Cholet 2020

Le Salon Maison de Cholet : édition 2020 ! 

Rendez-vous ce week-end au Salon Maison de Cholet ! Retrouvez-nous du 23 au 25 octobre sur notre stand E27. 

Si vous avez un projet d’achat immobilier, de renégociation de prêt ou le besoin de regrouper vos crédits, nos courtiers seront là pour vous conseiller.

On vous retrouve sur le salon :  Stand E27 ! 

Un important protocole sanitaire est mis en place pour vous permettre de profiter du salon en toute sérénité. Nous serons particulièrement vigilants sur notre stand. Quelques précautions seront prises sur le salon : 

  • port du masque
  • gel hydroalcoolique à disposition
  • système de comptage
  • renforcement du protocole de nettoyage
  • délimitation des espaces
Le taux d’endettement : faisons le point !

Le taux d’endettement : faisons le point !

Taux d’endettement : faisons le point ! 

Le taux d’endettement figure parmi l’un de ces critères pris en compte par les banques lors d’une demande de prêt immobilier. Il y a quelques mois, Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) recommandait vivement aux banques de rester vigilante concernant les conditions d’octroi de crédit : notamment le taux d’endettement ne devant pas excéder 33%. Pourquoi est-il devenu si important aux yeux des organismes bancaires ? Que signifie t-il ? 

Un indicateur précieux 

Le taux d’effort, plus communément appelé taux d’endettement, est une des premières choses que va calculer votre courtier pour votre emprunt. En effet, on considère qu’un taux d’endettement qui dépasse les 33% peut freiner la validation de votre projet. Les mensualités de votre crédit ne doivent pas dépasser ⅓ de vos revenus. C’est une mesure de précaution pour votre santé financière. Si votre taux d’endettement est trop élevé, cela signifie que vos mensualités sont importantes et qu’il ne vous restera pas assez pour vivre. C’est ce qu’on appelle le reste-à-vivre.

De plus en plus, les banques scrutent ce critère avec attention. Un chiffre trop proche des 33% ou même au-delà peut constituer un facteur bloquant pour la suite du projet, en fonction des revenus et du profil emprunteur.

Comment calculer le taux d'endettement ?

L’opération pour calculer votre taux d’endettement est simple : 
Taux d’endettement = charges / revenus fixes nets X 100 

Les charges comprennent vos mensualités de crédits (immobiliers, auto, conso) ou votre pension alimentaire éventuelle. Dans les revenus, vous devez prendre en compte : votre salaire net (avant impôt sur le revenu) ou vos pensions. En bref, tout ce que vous percevez comme revenus. 

 Vous obtenez un pourcentage qui vous indique la hauteur de votre taux d’endettement.  

Comment s’assurer d’avoir le bon taux d’endettement pour votre projet immobilier ? 

Bien souvent, certains emprunteurs se font une certaine idée de la mensualité qu’ils aimeraient avoir pour leur prêt immobilier. Avec l’aide d’un courtier, vous pourrez savoir ce que vous pouvez exactement payer chaque mois pour votre crédit. Le courtier prend en compte le taux d’endettement pour réalisation la simulation de votre capacité d’emprunt, mais pas seulement. Bien d’autres critères sont à prendre en compte et son expertise dans ce domaine sera votre meilleure alliée.

Dans un contexte immobilier tendu, il est toujours préférable de connaître votre capacité d’emprunt avant de partir à l’assaut d’un bien. Valider votre budget en amont avec votre courtier vous permettra de faire vos recherches sereinement et d’entamer les démarches avec une meilleure visibilité financière.

Comment baisser son taux d’endettement ? 

Cumuler plusieurs crédits peut faire grimper en flèche votre taux d’endettement. Lors d’une demande de financement pour un projet immobilier, cette situation peut se montrer problématique. Pour la résoudre, votre courtier vous orientera vers des stratégies à mettre en place. Par exemple, vous pouvez très bien solder un de vos crédits, comme un crédit auto ou conso, afin de faire diminuer votre taux d’endettement. Ils existent d’autres alternatives dont il faudra discuter avec votre courtier.

Dans certains cas, il peut s’avérer utile de se tourner vers un courtier en regroupement de crédits. Celui-ci examinera les solutions afin de regrouper la totalité de vos crédits en un seul, avec une mensualité. Cette opération peut se montrer utile pour baisser votre taux d’endettement. En effet, en allongeant la durée de vos emprunts, la mensualité qui était auparavant trop importante est allégée. C’est une mensualité qui vous permettra à nouveau de disposer d’un reste-à-vivre confortable.